Arnault Barthoulot -

LesMichels.fr

Age : 32 ans

Lieu de naissance : Strasbourg

Lieu de vie : Ho-Chi-Minh-Ville

Etudes : Sciences Po Strasbourg 

Métier précédent : Professeur d'économie

Secteur

Web marketing

Création de l'entreprise

2018

Siège social

Ho-Chi-Minh-Ville

Le deuxième entrepreneur que nous avons interviewé se nomme Arnault Barthoulot. Il est un des fondateurs de Les Michels, jeune entreprise basée à Ho Chi Minh créée dans le but de « rassembler une équipe de gens sympas pour faire des sites web sympas ». Plus précisément, Les Michelsc’est aussi :

  • Fournir des outils de Branding afin de concevoir une identité unique pour chaque entreprise cliente ;

  • Créer du contenu texte ou image de qualité pour faire passer un message précis ;

  • Référencer par tous les moyens possibles et imaginables le site de ses clients par l’intermédiaire de Google, Bing ou d’autres moteurs de recherche ;

  • Promouvoir le tout sur les réseaux sociaux, ou par publicités en ligne.

 

Arnault a aujourd’hui 31 ans. Il est diplômé d’un double Master : le premier à l’IEP de Strasbourg, spécialisé en économie et en finance, et le second à l’Université de Strasbourg, en E-commerce. Après plusieurs expériences en tant que professeur d’économie, puis à la direction de plusieurs projets et finalement en tant que Web Consultant, Arnault décida de quitter la France pour s’installer au Vietnam, à Ho Chi Minh, pour monter sa propre entreprise avec deux associés. 

 

Au cours de notre entretien, Arnault nous a donné plusieurs conseils pour réussir une création d’entreprise au Vietnam : 

 

  1. Faire appel à un avocat 

Lorsque l’on veut créer son business au Vietnam ou ailleurs en Asie du Sud-Est, selon le secteur d’activités, il faut parfois trouver un associé vietnamien ou un prête-nom. Les Michels étant une entreprise de consulting, il n’y a pas de réglementation de ce type. Toutefois, légalement, pour accélérer le processus de création d’une entreprise, faire appel à un prête-nom est courant. L’objectif est de racheter par la suite les parts de ce dernier pour être l’unique propriétaire de son entité. Il est alors intéressant de passer par un avocat pour trouver un prête-nom de confiance qui ne créera pas de litiges lors de la revente. En effet, sans contrat, il est possible qu’un prête-nom malhonnête refuse de revendre ses parts, puis une fois que l’entreprise s’est développée qu’il demande à ses autres associés de s’en aller. 

 

  1. Bien s’entourer

Arnault nous a également souligné l’importance de s’entourer rapidement pour ne pas se retrouver esseulé. Pour cela, se connecter par exemple avec le réseau d’expatriés est primordial. 

 

  1. Etre patient et s’adapter à l’état d’esprit local

La patience est le maître-mot ici. Beaucoup de Français sont venus au Vietnam et ont lancé leur business dans la précipitation, sans connaître l’état d’esprit local. Il est souvent conseillé de venir vivre 1 an sur place avant de créer sa boîte pour mieux comprendre la manière de fonctionner des Vietnamiens.

 

  1. Ne pas retarder la prospection

Nombreux sont les entrepreneurs français qui se lancent dans l’aventure en venant avec un portefeuille-clients de France. Cependant, se reposer uniquement sur ce qui a été acquis précédemment n’est pas viable à moyen-long terme sur place. Mener une prospection dès son arrivée au Vietnam permet à l’entreprise de maintenir son nombre de clients et d’assurer plus sereinement l’avenir de l’entité. 

 

Quelques chiffres :

  • 90% de clients Françaispour Les Michels ;

  • 50% d’utilisation duFrançais / 50% d’utilisation de l’Anglais au quotidien ;

  • 30$ le coût d’une boîte au lettre pour que l’entreprise ait une adresse.

Samuel Karl

 

© 2019 by Asiankeys 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now