Quanta Digital

C’est avec le créateur de l’agence marketing Quanta Digital que nous effectuons cette nouvelle interview dans le quartier de Makati à Manille (capitale des Philippines). Quentin de Belloy née en 1989 a fondé cette agence en 2013, celle-ci qui a pour mission première d’aider les marques à manager leur marketing.


C’est après avoir travaillé dans de nombreux pays asiatique qu’il décida de se lancer aux Philippines pour différentes raisons. Tout d’abord Manille est une est en pleine explosion, il y a près de 100 millions d’habitants dont 25% ayant moins de 25 ans et ce pays a la croissance la plus élevée d’Asie du sud-est depuis deux ans. A ceci s’ajoute le fait qu’il avait un important réseau sur place et qu’il y a un puissant maillage de start-up française et européenne dans cette métropole émergente. De plus, la France est le 5ème pays en termes d’investissement, une nouvelle vague de start-up se lance, focus sur l’innovation, la France se relance à l’international.

Cette réussite n’a pas été immédiate, Quentin a fait face à de nombreuses problématiques comme celle du recrutement qui est un sujet épineux aux Philippines, il est très difficile de dénicher les talents. Embaucher et licencier est chose complexe, les six mois de période d’essai obligatoire ne facilite pas la situation. Pour licencier un salarié il faut lui envoyer au minimum trois warnings. S’il y a licenciement sans ces warnings, le salarié doit être réintégré et il peut demander à être payé un an de salaire lors de sa réintégration au sein de l’entreprise. La période d’essai devient tout de suite très importante, il faut bien choisir qui on embauche. C’est en parti pour cela qu’il fait très souvent appel à des stagiaires français. En formant ses employés de façon hebdomadaire chez Google et Facebook, Quentin souhaite faire évoluer les Philippins avec qui il travaille et fait évoluer Quanta tous les jours. D’après lui former son personnel est une chose capitale pour lui montrer que l’on souhaite évoluer ensemble et les Philippins sont très sensibles à cela. A Manille, le salaire minimum est d’environ 13 000 pesos philippins soit environ 220 euros. Quentin paye au minimum, 400 euros ses employés pour les motiver à rester. Une autre problématique qui pénalise des entreprises basées aux Philippines et le phénomène de fuite des cerveaux en Europe, Amérique ou en Asie dans la plupart des cas vers la Chine, la Thaïlande ou le Vietnam. Quentin a insisté sur le fait qu’il faut faire aimer son métier et donner certains avantages pour pousser les talents à rester ou voir même à revenir.

Pour comprendre et assimiler tout ceci, Quentin nous conseille avant de se lancer dans une création d’entreprise de passer au minimum six mois sur place. Il faut voir si on est compatible ou pas avec le pays. Il peut être judicieux de parler le tagalog qui est la langue nationale avec l’anglais est quelque chose d’important pour montrer qu’on cherche à s’intégrer et cela peut faciliter et accélérer parfois même la réalisation d’affaires. Il a insisté sur deux points en particulier pour se donner les chances de réussir, il s’agit de la constitution de l’équipe du recrutement. Selon lui, passer beaucoup de temps sur le recrutement pour créer une team de qualité est ce qui ouvrira des boulevards énormes dans cette ville où la concurrence est moins rude que dans d’autres capitales asiatiques.


 

Jean Vellutini

© 2019 by Asiankeys 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now